Chenilles processionnaires, infos et moyens de lutte

CHENILLES URTiCANTES ET DÉFOLIATRICES

1. La processionnaire du pin.

et moyens de lutte contre les chenilles processionnaires du pin

Nous tentons de suivre tous les stades des cycles biologiques du parasite. 

Leurs cycles sont annuels et leur développement varie fortement en fonction de leur comportement naturel, ils sont soumis aux conditions climatiques.

 

  • Seuil pré-épidemique: plus d’un arbre sur dix (10%) contient un ou plusieurs nids
  • Zone infestée: plus de 30% des pins sont atteints

 

Région encore exempte en 2019
Aiguilles de pin en parfaite santé (Ovronnaz, 1300m, 2019)

une dizaine de nids observés en 2020.

ici Photo d’un pin exempt de chenilles processionnaires

2. Un mot sur les processionnaires du chêne, plus tardives.

A compléter

 

3. Autres chenilles poilues, allergisantes ou urticantes

source chenilles.net, de Lisa Henri, avec autorisation de liens.

le bombyx cul-brun, chenilles.net

le bombyx cul-dore , chenilles.net

Autres chenilles ravageuses de cultures, sans danger

le bombyx disparate, chenilles.net

la pyrale du buis, chenilles.net

Vous trouverez sur son superbe site, 46 autres chenilles protégées, à protéger, innoffensives, donnant bien souvent de très beaux papillons.

 

La processionnaire du pin

Informations générales


Nous vous proposont des interventions ciblées, réfléchies, efficaces et adaptées !

  • Traitement phytosanitaire biologique
  • Traitement phytosanitaire chimique 
  • Lutte mécanique (coupe, destruction, enlèvement, élagage
  • Piégeage par confusion sexuelle, piège à phéromones
  • Pièges  à processionnaires du pin 
  • Favoriser l’implantation de prédateurs

Nous possédons les équipements pour se protéger lors de la lutte mécanique et/ou pour pulvériser les traitements.

Cartographie,

Essai VS indications processionnaires 2019-2020

https://www.google.com/maps/d/viewer?hl=fr&mid=1AKLv0P7THSHwg6vUL8OrRgwTZqo6h6WS&ll=46.17969577544002%2C7.211904715061451&z=11

Quelques informations sur les chenilles processionnaires du pin.

Méconnues de nombreux parents d’enfants de bas-âge, ou des propriétaires de chiens et de chats, très appréciée des mésanges et des huppes fasciées, la chenille processionnaire du pin et du chêne représentent un véritable danger pour l’humain et certains animaux qui les approchent.  Et plus il y a de pins, plus il y a de chances de trouver des chenilles processionnaires du pin. Les aiguilles sont leur garde manger, et elles sont voraces.

CENTRE ANTI-POISON, 145

fiche technique «chenilles processionnaires»

Risques engendrés par les poils urticants :

– des conjonctivites, des oedèmes, des éruptions cutanées, inflammations des muqueuses, et les animaux risques des nécroses de la langue, ou encore troubles respiratoires et vomissements.

En cas de contact, surtout pas frotter, ce qui pourrait alors briser des poils urticants et libérer ainsi plus de toxines, pouvant aggraver le pronostic. L’envenimation se produit essentiellement à la fin de l’hiver et au début du printemps, voire plus tardivement pour les chenilles du chêne. les chenilles du pin descendent alors des pins dès que la température printanière atteint les 15oC  et se déplacent au sol en file indienne avant de s’enterrer pour  1 a 5 ans (selon conditions et metéo), confectionner un cocon et se transformer en chrysalide, avant qu’un papillon femelle “nocturne” aille à nouveau déposer ses œufs sur les arbres. Et le cycle recommence. Le cycle étant parfois de plusieurs années, il est donc difficile de s’en débarrasser aisément à moins d’une lutte à long terme. Celles du chêne restent agglutinés sur l’arbre, y compris lors de la mue, tissant un nid plus grand. Tout le grand Est de France, en Belgique et au Pays Bas, on constate des infestations par les processionnaires du chênes (parfois sur frênes aussi ou même récemment, observées en provenance de cerisiers). En Suisse, plutôt au Nord, là où il y a des chênes en nombre.

  • Le contact avec les poils urticants peut-être soit direct: par exemple un enfant touche les chenilles ou un animal lèche une chenille et brise ainsi les poils urticants qu’elle porte sur le dos, libérant la toxine (thaumatopoéine)  qu’ils contiennent
  • Soit indirect par le fait d’entrer en contact avec un nid (même vide, car toujours empli de mue et de poils urticants)  tombé au sol ou alors par simple inhalation de poils transportés dans les airs lors de grands vents.
  • Enfin, les personnes précédemment atteintes par la chenille processionnaire doivent éviter tout nouveau contact, des réactions de plus en plus sévères sont à craindre

Poils urticants

 Vus au microscope

Informations sur le moyens de lutte et de maîtrise de la processionnaire du pin 

Parmi les moyens de lutte contre les processionnaires, on trouve actuellement

Les mésanges ou la huppe fasciée se nourrissent bien volontiers de chenilles processionnaires. Il convient donc de protéger  ces oiseaux ou de leur installer des nids.  Sans quoi, nous trouvons les moyens de lutte suivants

1. Pièges ou leurres aux phytohormones – par confusion sexuelle (ce qui piège le papillon mâle durant la période d’envol des papillons, d’ou la règle: moins de mâles = moins de petits). Installation conseillée en mai juin juillet août septembre avec un mois de décalage pour les chenilles du chêne. A installer soi même

 

 

2. Pièges par le bais de collerette fixées à l’arbre, ou collerettes écologiques attachées aux troncs d’arbres, mais uniquement pour les processionnaires du pin. Stoppées dans leur descente printanière par une collerette en forme de coursive circulaire, les chenilles n’auront qu’une issue:  un tuyau finissant sa course dans un sac de terre. Ce nouveau moyen semble idéal pour les privés ou endroits publics mais ne fonctionne que pour les processionnaires sur les pins, celles du chêne pouvant également se trouver à la base de l’arbre, et les nids sont plus difficiles à observer. Installation conseillée avant l’hiver ou au dėbut du printemps, entre novembre et avri, Avant que les chenilles ne quittent définitivement le pin pour aller s’enterrer (nymphose) entre 30-45 jours, selon les cycles et conditions. 1 arbre = 1 piege
Pièges à installer soi-même, à faire installer, ou installés par nos soins

 

3. Enlèvement mécanique (avec grande précaution et mesure de protection adéquates), selon accessibillité des nids et quantités de nids.

 

 

4. Le traitement biologique (bacillus thuringiensis). Le BtK est non toxique. Il est sans danger pour les animaux, les auxiliaires, les insectes pollinisateurs, les organismes aquatiques, les poissons, les végétaux et les utilisateurs.Important : Le Bacillus thuringiensis est le plus efficace uniquement dans les premiers stades larvaires (stade dit L1 à L3). Le traitement doit être renouvelé en cas de pluie lessivante dans les 2 jours suivant l’application. Sous ses diverses formulations, le Btk peut être appliqué du sol ou par voie aérienne.

5. Traitement chimique à base d’insecticides de la famille des benzoylurées : le diflubenzuron, ou de la famille des pyréthrinoïdes : la bifenthrine. Cette famille d’insecticide agit essentiellement par ingestion sur les larves des lépidoptères (papillons). La bifenthrine est un insecticide de la famille des pyréthrinoïdes, neurotoxique qui agit par contact et ingestion, sur insectes et acariens, à faible dose, avec une forte action de choc. Cette famille d’insecticide agira essentiellement par ingestion sur les larves des lépidoptères(papillons).  Il convient de réserver les traitements  chimiques aux interventions de faible ampleur ou de rattrapage éventuel.  Application au canon, ou par voie aérienne. Ce traitement n’est de loin pas inoffensif pour la faune et d’autres insectes. Son application relève de professionnels.

D’autres produits biologiques ou solutions techniques sont à l’etude Pour les processionnaires du chêne. Et semblent des pistes intéressantes à étudier, notamment des solutions à base de simple savon noir et d’huile de colza estérifiée. (A suivre).

6.Installation de nids de mésanges à installer en été, automne, ou début de l’hiver,

 

 

 

7. La plantation d’autres essences que des pins

Le mélange d’essences parmi quelques pins  Fondre les pins parmi d’autres essences semble diminuer les arrivées des papillons et des pontes. Remplacement des pins par d’autres arbres ou essences.
Eviter des plantations exclusives de pins ou des concentartions de pins Pas de pin, pas de processionnaires du pin Période a considerer : novembre décembre, printemps, durant le repos végétatif Travaux de coupes, abbatage (spécialiste) Diversification de la végétation

Pour ne plus confondre les processionnaires et les chenilles urticantes avec les chenilles poilues ou pas, inoffensives, lien sur les fiches établies par Mlle Lisa Henri (Chambéry, Master en sciences de la Vie). Spécialiste des chenillles.

 

Papillon de la chenille processionnaire du pin,

 

 

MENU accès rapide

#Accueil/ home  #Insectes exotiques nuisibles  #Végétaux néophytes envahissants  #Liens pour approfondir

#Services et moyens de lutte processionnaires

#Info processionnaires #Différencier les chenilles urticantes  #Ne pas confondre les frelons #contacts infos  

# infos guêpes  nouveau : # page tiques